• Arnaud D'Hoine

Salut, comment CV ?

Mis à jour : avr. 9


Petit jeu de rôle : vous êtes un recruteur. Nous sommes vendredi, aux alentours de 17h30.

Vos yeux pétillent à l'approche d'un weekend bien mérité après une semaine vraiment pourrie (* veuillez insérer ici toute cause / catastrophe susceptible de vous avoir plombé le moral tant personnellement que professionnellement). Vous avez passé en revue plus de 8547 dossiers de candidature en 5 jours. Vous êtes à deux doigts d'éteindre votre ordinateur quand soudain apparaît votre N+1 accompagné d'un opérationnel, une pile de 200 CV sous le bras. Son ordre est simple: qualifier les 3 meilleurs profils. Maintenant. Tout de suite. L'apéro avec les copains attendra. Vous avez envie d'hurler. Votre objectivité et votre bienveillance de professionnel des RH viennent de s'en aller en sifflotant, ouvrant ainsi la porte à une envie irrépressible - et admettons le presque compréhensible - de vous défouler sur ce tas de papier.

Vous voyez la scène ?

Bien. Maintenant essayez de répondre à la question suivante : quel genre de CV aimeriez vous avoir à lire qui vous réconcilierait avec votre métier et sauverait ce qui peut l'être de cette semaine? En cas de doute, voici quelques trucs, astuces et conseils qui peuvent faire office de check-list (tant que le CV restera un incontournable discutable des process de recrutement)

Pensez à guider / faciliter la lecture de votre CV. On évite les surcharges, les interlignages 0.5, les polices 6, les fantaisies superflues, les logos d'entreprise qui mangent l'espace pour se concentrer sur les infos qui vont rassurer votre interlocuteur quant à vos compétences et votre compréhension de son besoin.

Ça commence par un titre. Concevez le comme une promesse, dont la/les preuve(s) seront apportées plus loin à travers la présentation de votre parcours. Et bien entendu adaptez le à l'offre, à l'interlocuteur, à l'entreprise. Warning étudiant(e)s : pas besoin de préciser que vous êtes en Xème année dans l'école Bidule, on va le savoir bien assez tôt en lisant la suite. Et profitez en pour ne pas demander quelque chose, mais bien proposer !

Si vous êtes convaincu qu'il vous faut mettre une mini-bio, évitez le générique et le soluble dans l'anonymat. "Motivé, dynamique, curieux..." : stop ! On n'en peut plus. Si les mots que vous employez peuvent s'appliquer à vous comme à peu près à n'importe quel(le) candidat(e) concurrent, changez, au profit d'un vocable plus personnel, différenciant et toujours défendable. Et même remarque qu'au point précédent, profitez en pour créer de la valeur en disant autre chose que ce qu'on pourra lire plus loin dans votre CV.

Défendable, car oui, tout ce que vous mettez sur votre CV peut faire l'objet d'une interrogation de la part de votre lecteur. Soyez prêt à rattacher tout argument à un élément de preuve. Toujours.

Je vous encourage - même et surtout vous, cher(e)s étudiant(e)s - à mettre en avant vos expériences et réalisations plutôt que votre parcours académique. Pourquoi ? Parce que vous avez envie que l'on s'intéresse à vous pour vos compétences plutôt que votre diplôme, et que cela renforce votre crédibilité professionnelle.

Une manière simple, efficace et convaincante de présenter votre parcours est la méthode ⭐️ STAR ⭐️: Situation, Travail, Actions, Résultats :

  • Situation : l'entreprise, et quelques infos que vous jugerez utiles comme la localisation (intéressant pour souligner le côté international, notamment), les dates, pourquoi pas la nature du contrat, l'effectif et quelques mots sur le secteur d'activité si votre maquette le permet.

  • Travail : l'intitulé de la fonction. Alerte étudiant(e)s : "stagiaire" n'est pas un intitulé de fonction, c'est un type de relation contractuelle ! Vous vous présenteriez en disant "Bonjour, Machin, CDI" ? Bof. Vous n'aviez pas de titre? Créez-en un, simple, compréhensible et crédible de préférence. Exemple rencontré récemment : un jeune homme ayant fait un peu de sourcing et quelques qualifications téléphoniques durant son stage qui s'intronise "Responsable Recrutement", ça ne le fait pas...

  • Actions : Parce qu'un même intitulé peut revêtir des périmètres très différents, il est capital de présenter de manière synthétique les principales actions que vous avez menées, vos tâches et responsabilités. Et c'est là que je vous ressors la mise en garde sur le "on est un con" cher à ma grand-mère: qu'avez-vous fait VOUS? Quelle est votre contribution dans un projet, dans une équipe? Gardez bien à l'esprit que la hiérarchisation de ces infos peut changer d'une mouture de votre CV à l'autre, selon les besoins du poste que vous ciblez.

  • Résultat(s) : une réponse à la promesse que vous avez formulée précédemment. Voyez les comme des éléments de preuve, comme la séance de dégustation d'un nouveau yaourt sur le marché. Quelle est la mesure de votre réussite ? Quels sont les indicateurs que vous pouvez recycler à votre avantage ? Un profil en lien avec la vente se devrait de parler de chiffres, de CA, de taux de transfo, que sais-je. Un Community Manager de la croissance de son audience, un expert du marketing de ses KPI, un recruteur de la réduction de son time to fill. Un communicant du budget moyen de ses campagnes, un D.A ou un créatif renvoie vers son book, etc.

Arrive le moment de synthétiser vos compétences, techniques et relationnelles. Et quitte à passer pour un vieux schnock trop académique, je vous encourage à le faire avant tout de manière systématiquement simple et littérale. Pourquoi ? D'une part parce qu'utiliser une image c'est prendre le risque que l'info ne soit pas reconnue ou lue par un ATS ¹, d'autre part parce que les autoévaluations posent la question de l'échelle de référence. Enfin certaines compétences hard ou soft sont binaires : vous les avez, ou pas (encore). Vous estimez votre degré de sociabilité à 75% ? Est-ce que ça veut dire qu'il y a une journée et demi par semaine où vous vous comportez comme un psychopathe mangeur de comptable? 😄

Vous avez décidé de mentionner vos passions, vos engagements, vos projets parallèles ? Le recruteur que j'ai été fait partie de ceux qui pensent que cela a sa place sur un CV, parce que cela peut susciter de la curiosité, renforcer l'alliance qui est en train de se créer entre votre lecteur et vous. Parce qu'il est question de votre authenticité, de ce qui peut vous animer en plus / à côté de votre vie professionnelle. Et si je reviens à des considérations plus terre à terre, c'est l'occasion de mettre l'accent sur des compétences transposables et valorisables. Je reste convaincu que tout projet, toute réalisation (sportive, associative, caritative...) peut apporter une valeur ajoutée, à condition de prendre de la hauteur de vue et d'accepter que cela puisse être important et intéressant. C'est par exemple le travail accompli en coaching avec Céline ², un profil junior persuadé de n'avoir rien à dire mais avec un gros engagement militant et associatif. En creusant un peu dans cette direction, il est ressorti une collecte de fonds gérée de A à Z par ses soins suivi d'une campagne de sponsoring, pour au final un résultat dépassant de près de 6.000 € l'objectif escompté. En réfléchissant un peu à comment et pour quoi elle avait mené les choses, elle a a pu mettre le doigt sur des compétences "cachées" et des leviers de motivation et d'engagement qui lui ont servi à prendre confiance dans ses candidatures et développer un discours plus offensif en entretien.

Ayez en tête le réflexe SEO / référencement. Votre lecteur n'est peut être pas un expert du métier pour lequel il recrute, et l'opérationnel lui a donné une liste de mots clés à retrouver. Saupoudrez les gentiment de ci de là.

Trois derniers petits conseils pour la route qui se résument en un: soyez pro. Si vous indiquez l'URL de votre profil LinkedIn sur votre CV, pensez à aller dans les paramètres pour récupérer votre adresse courte personnalisée. Veillez à ne bien utiliser qu'une seule adresse mail, qui sonne un minimum sérieux (grosseglandouille33@mailexotique.fr, comment dire...). Quant à la photo, libre à vous d'en mettre une. Si on veut voir votre tête, un petit tour sur Google ou LinkedIn devrait permettre de satisfaire la curiosité. D'ailleurs veillez bien à "sortir les poubelles" et qu'aucun contenu indésirable ne vienne polluer votre marque candidat en ligne. Si vous choisissez de montrer votre bobine, le combo classique fond neutre / sourire / bien habillé (ni trop, ni trop peu) fait le pli. Mais par pitié : pas de selfie... Demandez à quelqu'un de vous prendre en photo, ou offrez vous les services d'un photographe professionnel ³ .

En résumé, on ne fait pas un CV pour soi. On le fait avant tout pour rassurer le(s) destinataire(s) quant à notre compréhension des attendus d'un job. Oui, c'est discutable. Hélas tant qu'on recrutera sur la foi de ce qui a été fait pour peu ou prou faire la même chose, plus que sur l'existence d'un potentiel, on n'y coupera pas. Prenez le pour ce que c'est: l'occasion de faire le point sur vous, vos aspirations, envies, motivations, compétences. Un support de votre communication. Un sujet à dédramatiser de toute urgence.

¹ : Application Tracking System : un petit "robot" dont l'intelligence se situe entre le fer à souder et le Terminator (potentiellement), utilisé pour screener les CV en fonction de mots clés. Lorsque vous postulez sur le site corporate d'une grande entreprise, voire d'une PME, il y a de fortes chances que votre précieuse candidature soit aspirée par ce logiciel. Heureusement, il y a encore des humains derrière.

² : Prénom modifié par souci de confidentialité, mais pensées sincères.

³ : Contacts disponibles de portraitistes professionnels sur demande, Paris et Bordeaux

#candidature #CV #CurriculumVitae #marquecandidat #postuler #emploi #recherchedemploi

06 27 62 29 60

Bordeaux

Créé et hébergé avec Wix.com

© 2020 - Question de Coach

Mentions légales