Au secours, je bosse avec un sale c** !

October 17, 2016

Warning / Explicit Content:

Cet article traitant des fauteurs de trouble et autres collègues pénibles, manipulateurs, mesquins, méchants, casse bonbon, toxiques, dangereux, pervers narcissiques, etc, il y sera fait référence sous le terme de "Con" / "Sale Con" (Collègue Ostensiblement Négatif) ou "Connard" (Collègue Ostensiblement Négatif N'Apportant Rien au Débat).


Ce n'est absolument pas de gaieté de cœur ;)

 

Herr und Frau Schüler-Lubienetzki vivent en Allemagne. Ils sont coachs. Et ils viennent de publier "Schwierige Menschen am Arbeitsplatz : Handlungsstrategien für den Umgang mit herausfordernden Persönlichkeiten". Pour les non germanophones:  "Les Collaborateurs Difficiles au Travail : des Stratégies pour faire face aux personnalités toxiques".
Selon les auteurs, 5 à 10% des employés sont prédisposés à pourrir l'ambiance sur le lieu de travail. Et d'affirmer que les dégâts engendrés par ces charmantes personnes avoisineraient les 10 milliards d'€ par an rien que pour les entreprises allemandes.

Ça fait cher du kilo de con.
Ceci étant, ils ne sont pas les premiers à évaluer le CTSC, soit le "Coût Total d'un Sale Con". L'éminent Robert Sutton avançait dès 2007 le chiffre de 120 000 € par an et par fauteur de trouble identifié dans son ouvrage culte Objectif Zéro-Sale-Con.

 

Si l'aspect financier est un levier à savoir manier lorsqu'il s'agit de faire prendre conscience au management de l'urgence d'une situation, il n'est parfois pas suffisant.
D'une part, parce que le Sale Con court après le pouvoir et qu'il en a peut-être concentré suffisamment pour être intouchable, pire encore à la tête de l'organisation.
D'autre part en raison de la prévalence de la performance de l'entreprise sur le bien-être individuel. Cauchemardons ensemble, on peut imaginer que le Connard arrive à convaincre son monde que cette performance est atteinte grâce à son comportement, alors qu'elle l'est en dépit de ses actions. Rappelons nous que le Sale Con n'est pas juste ce collègue bête et méchant qui vous agace. C'est un être intelligent, doté d'une grande sensibilité, clivant, plus subtil qu'il n'y paraît et qui tisse sa toile sans avoir l'air d'y toucher.
Et bien sur n'oublions pas ce réflexe tout bête de la trouille et de la culpabilité. Si vous osez vous plaindre des exactions d'un Connard, vous risquez de passer pour un collaborateur fragile, d'être tenu pour responsable ou, comble de l'injustice, de passer pour celui que vous comptiez dénoncer.

Car c'est bien là que se situe le cœur du problème: le Sale Con est dévastateur pour l'estime de soi et la confiance.
Prêt pour un petit cours d'auto-défense?

 

Règle Anti Con n° 1 : Calibrer son radar et mettre en place une alerte

 

Le radar vous permet de détecter les nuisibles. On vous parle d'un collaborateur condescendant, méprisant, péremptoire, agressif, versatile, qui n'écoute rien mais distille savamment les infos dans ce qui ressemble à une partie de Risk grandeur nature?

Ceux qui travaillent avec / pour lui ressortent de réunion avec le moral en berne, l'impression de ne pas avancer et vous confient autour d'un café leur impuissance face à sa communication cinglante ou encore leur sentiment d'humiliation? Alerte rouge !
Même si ce type s'est montré amical avec vous, l'optimisme béat n'a pas vraiment sa place ici. Le Sale Con ne fonctionne que rarement au coup d'éclat ou de force, il privilégie l'insinuation, la suggestion. Ce n'est pas simplement son action qui est nocive, c'est l'intention qui est derrière. Il est donc fort probable que vous vous trouviez face à un collègue toxique.
C'est là qu'intervient votre second niveau d'alerte. Soyez prêts, à votre propre écoute, repérez vos limites. Réfléchissez et définissez ce qui est acceptable ou non pour vous. Les conduites vexatoires répétitives des Sales Cons ont pour principal but de déstabiliser leurs victimes, de les pousser à douter d'elles mêmes, de leurs capacités.

Si vous vous reconnaissez dans un de ces états, votre alarme interne doit se mettre à hurler, et il est temps de passer à l'étape suivante.

 

Règle Anti Con n° 2 : Ne pas se laisser guider par les émotions

 

Le Connard est un irréductible, et vous accrocher à la possibilité de l'adoucir vous exposera très probablement à une litanie d'échecs et de déceptions. Repensez à cette invitation de Sutton, "n’attendez rien de bon de leur part, mais continuez à croire que vous sortirez intact de l’épreuve".
Car le Sale Con a au moins une faiblesse, il se nourrit de la peur de ses cibles qu'il choisit en général en fonction de leur émotivité. Le Sale Con est un cousin pas si éloigné du pervers narcissique, aussi est il illusoire de croire qu'il vous laissera tranquille dès lors que vous aurez plié. Au contraire, il vous aura conduit où il veut et pourra tranquillement asseoir son emprise. Sa capacité de nuisance augmentera proportionnellement à votre réflexe défensif. Laissez autant que faire se peut tout ce qui est du registre de l'émotionnel au vestiaire afin de le sevrer, gardez votre calme dans la mesure du possible et adoptez la règle n°3. 

 

Règle Anti Con n° 3: Des faits, toujours des faits, rien que des faits

 

Rien ne sert de tenter de discuter avec un Sale Con. Votre meilleur atout ?

Etre factuel et concret. Entretenez le détachement émotionnel. Développez l'indifférence.
Accrochez un sourire à votre visage, soyez bienveillant, à l'écoute et répondez à chaque attaque par une question. Demandez des exemples censés étayer ses critiques. Concentrez vous sur le contexte, la réalité du travail, les résultats. Certes, il est difficile de résister à la tentation de hurler ou de coincer la cravate de votre némésis dans la broyeuse, mais la courtoisie est votre alliée dans ce genre de situation comme dans presque toute entreprise de résolution de conflit.
La peur étant étant la meilleure prise et la mesure de l'efficacité du Sale Con, faire face à un mur de stoïcisme et de sérénité va très certainement le perturber, voire l'inciter à changer de cible.

 

Règle Anti Con n° 4 : En parler et ne pas hésiter à se faire aider

 

Cela semble frappé au coin du bon sens et pourtant nombreux sont ceux qui taisent ces situations pour des raisons qu'on peut facilement imaginer.

Pourtant, arrive un moment où il est légitime et nécessaire de mettre son N+1 dans la boucle. Parce que l'entreprise a des obligations légales de prévention des risques psychosociaux et que les Sales Cons flirtent allègrement avec le harcèlement. Et parce que c'est le moment de ressortir le CTSC mentionné plus haut et de pointer la hausse de l'absentéisme, le temps passé à réparer les dégâts engendrés par Monsieur Connard dont le salaire a pourtant connu une belle progression, etc. 

Mauvaise nouvelle, si le Sale Con est votre N+1, vos options sont assez limitées. Fuyez. Vous serez mieux ailleurs.
En dehors de l'entreprise, il y a nombre d'interlocuteurs compétents (dont les coachs, ahem...) susceptibles de vous accompagner vers la sortie de crise. Que vous décidiez d'en parler au sein de l'entreprise, à l'extérieur ou que vous cherchiez conseil dans votre réseau, le tout est de s'adresser à des personnes aussi neutres et objectives que possible.

 

Règle Anti Con n° 5 : On évite de devenir soi même un Sale Con

 

Stress, vexations à répétition, dégradation de la confiance, pression, fatigue... De nombreux facteurs peuvent pousser n'importe qui à se comporter ponctuellement comme un con ou un abruti. Reste qu'être la victime d'un Sale Con patenté s'apparente à une infection virale (ou à une morsure de zombie. Bienvenue dans The Working Dead) et que cela se traite comme tel.
Protégez vous. Dans la mesure du possible, ne vous exposez pas inutilement à la contamination. Comme le rappelle Robert Sutton, plus le temps passe et plus les efforts dépensés pour s’accommoder d'une situation pénible rendent la décision de partir difficile. Essayez de réduire la fréquence, l'intensité et la durée des rencontres. Cela vous permettra de garder le contrôle. En dernier recours, la fuite ou l'évitement sont à envisager, mais rappelez vous malgré tout que le travail à distance peut être un facteur d'incompréhension, voire de conflits dans certains environnements. C'est une mesure d'urgence à réserver lorsque le Sale Con a un passif très lourd avec vous.


Créez des poches de résistance et de soutien. Une des clés pour contenir efficacement la propagation est la coopération et la solidarité. Laissez momentanément de côtés vos bisbilles, travaillez votre communication et votre empathie. Trouvez des endroits inaccessibles pour les Connards, une safe zone où vos collègues et vous pourrez vous soutenir mutuellement. Attention toutefois à ce que ça ne se transforme pas en bureau des pleurs, au risque d'une dépressurisation émotionnelle qui minera définitivement le moral des troupes au lieu de réconforter.
Ecoutez ce qu'on dit de vous. Le Sale Con existe à travers les réactions et les effets qu'il engendre chez l'autre. Par conséquent, il vaut mieux accorder du crédit à ce qu'on pense de vous plutôt que de vous focaliser sur votre perception de vous-même. Si vous constatez un prise de distance de vos collègues, une chute de l'entrain, que vous éprouvez des difficultés à fédérer vos équipes, etc, admettez que vous avez pu être un Con. Vous aurez fait 50% du chemin et le repentir associé à une clarification de vos intentions devrait permettre à votre interlocuteur de vous communiquer des informations utiles sur ce qui déclenche vos crises de Connardisme.


Optez pour une stratégie de Quick Wins. Il est peu probable que vous gagniez dans un affrontement direct avec un Sale Con. L'opposition n'est pas constructive sachant qu'il se nourrit de votre résistance. Pour autant, il est possible de reprendre progressivement un peu de contrôle et de limiter le risque de se transformer à son tour en Connard patenté. Pour cela, mettez le Sale Con en échec à intervalles réguliers. Refusez de céder à la colère, mettez y le moins d'affect possible, observez ce qui a fait que son entreprise de démolition n'a pas fonctionné sur d'autres personnes et appropriez vous leurs techniques.

Il est entendu que ces outils ne sont pas infaillibles. Faire preuve de détachement, positiver la situation au maximum, se rassurer avec des petites victoires, tout cela appartient au registre des stratégies d’accommodation et d'évitement. Il faut s'y résigner, vous n'échapperez jamais totalement aux Sales Cons en entreprise, et il faudra faire avec. Jusqu'au moment où une opportunité se présentera qui vous permettra non plus de prendre sur vous, mais de vous libérer. Et sûrement aurez-vous l’occasion de vous épanouir professionnellement au sein d'une équipe dont le manager aura intégré la règle ci-dessous.

Règle Anti Con Bonus à l'attention des managers, décideurs, recruteurs:

 

Même s'ils ont leur utilité dans une certaine mesure (ne serait-ce que pour donner l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire), limitez la prolifération des Sales Cons. Il suffit d'une poignée d'entre eux pour réduite à néant tous les efforts d'une majorité de gens efficaces, motivés, courtois et bienveillants.
N'oubliez pas un aspect fondamental du phénomène de contagion : les Sales Cons attirent d'autres Sales Cons. Pensez-y lorsque vous choisissez le collaborateur que vous envoyez recevoir un candidat en entretien, ou quand vous évaluerez vous même l'impétrant. Même si cela prend plus de temps, mieux vaut faire rencontrer un potentiel futur collaborateur par plusieurs membres de l'équipe et croiser les débriefs afin de voir ce qu'il vous a raconté ne cache pas les symptômes d'un Sale Con en puissance.


Ayez à l'esprit la liste des comportements typique d'un Sale Con potentiel, et ne tardez pas à agir lorsqu'on vous avez la certitude d'en avoir un en face de vous.
Ecoutez les personnes qui se plaignent d'être les victimes et apportez leur votre soutien. Montrez au Sale Con qu'il ne tirera aucun bénéfice de son comportement, que vous êtes prêts à vous séparer de lui et à renoncer à sa performance, aussi exceptionnelle soit elle.
Récompenser exclusivement la performance individuelle encouragera le Connard à se croire tout permis. Reconnaître la dimension collective de la performance et valoriser le travail d'équipe permet au contraire d'enrayer sa dynamique. Une culture d'équipe ou d'entreprise fondée sur la compétition interne, la rivalité et l'agressivité constitue un terreau propice à l'infestation.

Et n'oubliez pas non plus que rien ne vous oblige à être un Sale Con patenté pour réussir.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
J'aime!
Please reload

Sur les réseaux
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • Instagram Social Icon
A l'affiche

Salut, comment CV ?

1/10
Please reload

C'est tout frais !
Please reload

Archives