Promouvoir sa "moustache de Dali" (2/2)

March 9, 2018

 

 

Ô fervent lecteur, si tu as décidé de franchir le pas et d'un clic habile démarré la lecture de cet article, c'est que tu t'es familiarisé avec le concept de "moustache de Dali" développé dans l'article précédent. Si non, je t'invite à le faire, ce sera utile pour la suite. Je t'attends...

 

Bon, ok, peut-être êtes vous arrivés ici par hasard, auquel cas un petit récap' ne sera pas superflu. 
Lorsqu'on parle de promotion de soi, on imagine - à tort - devoir se travestir en ce que nous ne sommes pas afin de plaire. Mettez vous dans la peau / le pot d'un yaourt 30 secondes. Si votre packaging est efficace, mieux vaut que la recette soit bonne. Car si la promesse de goût proposée par l'emballage ne suit pas, on ira tester le produit du concurrent. Mais pour autant, si votre recette est révolutionnaire, offrant une expérience unique et incroyable au consommateur grâce à une saveur que vous seule maîtrisez, il faudra à un moment ou à un autre en faire la promotion. C'est tout l'enjeu du personal branding: passer du savoir-faire au faire savoir. Si l'on en revient à cette histoire de moustache de Dali, disons pour faire très court que c'est l'ingrédient secret de votre recette personnelle, un élément caractéristique de votre unicité qui fera l'objet d'un soin particulier afin de vous aider à sortir du rang.  Identifier votre moustache de Dali est un prérequis avant l'élaboration d'un quelconque plan d'action, qui passe par une réflexion sur vous, votre projet, votre cible. Pour plus de détails, je vous invite à nouveau à consulter le post qui s'y consacre.

 

Avant d'aller plus loin, il me reste à partager avec vous 2 nouvelles.
Une bonne: les temps sont propices à cet exercice car il y a un nombre croissant d'entreprises, certes pas encore assez mais tout de même, s'intéressant désormais véritablement à qui vous êtes et non plus seulement à vos hard skills

Une moins bonne? Tout ceci n'est pas tant à propos de vous que de vos interlocuteurs.

 

Si vous suivez amoureusement ce blog, ce dont je ne doute pas, vous avez déjà croisé cette idée dans un article dédié à la préparation de votre CV. La priorité est de plaire à votre interlocuteur, tout en restant authentique dans votre démarche et donc respectueux du cadre que vous vous serez fixé (qui, pour boucler la boucle, est la conséquence de la réflexion sur vous, vos objectifs, vos cibles et les moyens que vous êtes prêts à mettre en oeuvre).

 

Puisque vous êtes au clair sur votre destination et sur votre moustache, vous allez donc pouvoir vous pencher sur votre cible. QUI peut vous permettre d'atteindre votre but? Quelle personne, quelle organisation, quelle entreprise, quel groupe, etc? A quoi réagissent ces gens? Quels sont leurs leviers? Quelle est leur culture? Leur vocabulaire? Quelles idées défendent-ils? Quel est leur univers?  Quelles valeurs portent-ils? Quelles sont leurs histoires, leurs racines? Quelles sont les caractéristiques de tel ou tel secteur d'activité? Etc, etc. 
A partir du moment où vous aurez collecté suffisamment d'infos - merci Internet, LinkedIn et les médias sociaux - vous pourrez commencer à "tailler votre moustache" pour la rendre sexy et irrésistible à leurs yeux.

 

Sauf que si c'était aussi simple, je serai au chômage technique. Pour être efficace, mieux vaut essayer de garder quelques règles en tête:

  1. Créez au maximum afin d'éviter de faire comme le voisin. Ce serait dommage, alors que vous voulez assurer la promotion de votre élément différenciant, d'utiliser les mêmes recettes que ce dernier. Traduction: on réfléchit à deux fois avant d'appliquer les stratégies clés en main des gourous du self marketing, parce que vous n'êtes pas les seul.e.s à avoir acheté le dernier bouquin conseillé par la presse spécialisée. Vu que le personal branding a le vent en poupe, tout le monde s'y engouffre et cela amène vite à une uniformisation des "best practices" qui, du coup, ne sont plus "best" du tout puisque tout le monde fait pareil... Et ça peut rapidement soûler vos interlocuteurs!

  2. Inspirez-vous de vos cibles mais ne les imitez pas. Miser sur la proximité sémantique ou lexicale, la convergence idéologique, le mimétisme comportemental à bon escient et en conscience, oui car cela peut créer, alimenter et renforcer un lien en facilitant un "transfert" de votre interlocuteur vers vous. Mais l'imitation bête et méchante est un raccourci vers la caricature et la perte d'authenticité.

  3. N'en faites pas trop. Même si vous êtes un start-upper convaincu d'être le nouvel Elon Musk, pas la peine de devenir un énième social seller ou pseudo influencer qui inonde sa communauté de récits inspirants qui sont malheureusement la plupart du temps complètement auto-centrés. Ce qui nous amène au point suivant.

  4. WIIFM. S'il ne devait y avoir qu'une règle, ce serait celle-là.

 

What's

In

It

For

Me?

 

Les médias sociaux, Internet, tout ça, ce n'est pas à propos de VOUS, c'est à propos d'EUX. Quelle que soit votre cible, si elle se promène online, ce n'est probablement pas avec l'intention d'aller sur votre feed ou votre profil pour prendre de vos nouvelles. C'est à la recherche d'une solution à un problème donné, d'informations utiles dans une situation donnée. Capter l'attention du destinataire de votre démarche requiert donc impérativement de créer de la valeur pour répondre très rapidement à cette question: qu'y a t-il là dedans pour moi? 

 

 

On l'a déjà dit, le personal branding est un processus. A ce titre, les résultats ne seront pas immédiats dans la mesure où la création de valeur pour votre auditoire est lente et complexe. Une raison? Tout le monde ayant accès à moindre frais aux outils de promotion de soi, il serait idiot de s'en passer, et ça thrombose gentiment sur les réseaux, hauts lieux de l'éphémère et de la vacuité.
Heureusement pour vous, tout le monde ne sait pas instinctivement ou naturellement exploiter à 100% les ressources disponibles. En plus de votre stratégie mûrement réfléchie en réponse à des objectifs clairement définis, affiner sa pratique du réseautage et sa maîtrise des bonnes pratiques de LinkedIn ou être ceinture noire d'elevator pitch grâce à un entraînement intensif sont autant de clefs qui permettront à terme de faire la différence. Et cela est d'autant plus vrai que le personal branding ne s'avère efficace qu'à condition de faire preuve de constance et de persévérance. C'est en présentant au monde régulièrement votre moustache de Dali, en la peaufinant, en la mettant en scène, en la faisant évoluer, qu'elle vous conférera le statut que vous recherchez: celui de personne identifiable et reconnue. 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
J'aime!
Please reload

Sur les réseaux
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • Instagram Social Icon
A l'affiche

Salut, comment CV ?

1/10
Please reload

C'est tout frais !
Please reload

Archives
Please reload